Collectif Éthique sur l’étiquette

Zara doit cesser tout lien avec le travail forcé des Ouïghours

Semaine d’action #ZaraStopTravailForce

Du 30 novembre au 4 décembre 2020, nous lançons une semaine d’action internationale pour exiger que Zara mette un terme à sa complicité dans le travail forcé des Ouïghours. Demandons à Zara de prendre ses responsabilités en donnant la preuve qu’elle cesse tout lien avec le travail forcé des Ouïghours et en signant l’Appel à action qui l’engage à se retirer de la région ouïghoure.

Inditex, la maison-mère de Zara, dit appliquer une politique de « tolérance zéro concernant toute forme de travail forcé ». Dans un témoignage de novembre 2020 devant le parlement britannique, Zara a nié ses liens avec l’usine Huafu Fashion. Pourtant, des recherches indépendantes compilées par notre partenaire le Worker Rights Consortium (ici la version française) montrent que, d’après une base de données publique de l’Institut chinois des Affaires Publiques et Environnementales, Inditex entretient bien des liens avec Huafu Fashion et Luthai Textile, deux importantes unités de production textile complices du système de travail forcé imposé par le gouvernement chinois ciblant les Ouïghours et d’autres minorités turcophones et musulmanes. Un article récent du Wall Street Journal a révélé que cinq sociétés d’audits ont mis la région ouïghoure sur liste noire en raison des restrictions et du climat de terreur imposés par le gouvernement chinois, qui empêche les travailleur.euse.s de parler librement aux auditeurs sans risque de représailles. Cela signifie que les multinationales ne peuvent plus évoquer les audits sociaux pour justifier continuer à se fournir dans la région.
Le travail forcé étant omniprésent dans la région ouïghoure, et celle-ci comptant pour environ 20% de la production mondiale de coton, le risque que le coton utilisé dans la fabrication de vêtements Zara soit issu du travail forcé des Ouïghours est considérable.

Zara doit cesser de communiquer sans apporter aucune preuve. L’enseigne, dont le PDG est un des hommes les plus riches de la planète, doit mettre en place des mesures concrètes pour que le respect des droits des Ouïghours prime ses profits. Le seul moyen de s’assurer que Zara ne soit pas complice du travail forcé des Ouïghours est qu’elle s’engage à mettre en œuvre toutes les étapes de désengagement de la région en signant l’Appel à action adressé aux multinationales leur demandant de se désengager de la région.

Dites à Zara Stop au travail forcé des Ouïghours !

Suivez notre semaine d’action sur les réseaux sociaux avec le #ZaraStopTravailForce :

-  Interpellez @Zara sur Twitter
- Demandez aux députés européens français de la commission JURI de soutenir une directive ambitieuse


Pour en savoir plus  :

- Lire les révélations du Worker Rights Consortium sur les liens entre Zara et le travail forcé, et leur traduction en Français

- Comprendre la question du travail forcé des Ouïghours